Blog

Un prénom musulman pour son enfant, comment faire ?

Un prénom musulman = un choix difficile.

Conseils pour donner un prénom musulman à son enfant.

On donne un prénom musulman à son enfant pour le distinguer des autres et pour l’appeler par son prénom. L’Islam est une foi complète. Elle a reconnu cette habitude et son importance en donnant une série d’instructions pour le choix du nom.

Quand un enfant doit-il recevoir un prénom musulman ?

Selon un hadith, la aqiqa est un sacrifice fait à l’occasion d’une naissance; le sacrifice est réalisé au nom de l’enfant durant le septième jour, un nom lui est alors attribué et ses cheveux sont rasés (Ashab-us-Sunan). L’enfant est ainsi traditionnellement nommé. Selon certains hadiths, l’enfant doit être nommé immédiatement après sa naissance. Quand Munzir bin abu Usaid est né, son père l’a emmené chez le Noble Prophète (Sallallaho alaihi Wasallam) qui a pris l’enfant sur ses genoux et a demandé son nom à son père. Quand il a entendu son nom, il a dit : « Non, appelle-le Munzir” (Bukhari et Muslim). Il est mentionné dans une tradition que le Noble Prophète (Sallallaho alaihi Wasallam) disait : “La nuit dernière un fils est né pour moi, et je l’avais nommé Ibrahim comme mon grand-père (Alayhi-salam) (Muslim).

Les prénom musulmans les plus appréciés et ceux qui sont indésirables.

Le nom donné à l’enfant doit être significatif, charmant et bon. Au Jour de la Résurrection, une personne sera appelée par son nom et les noms de ses parents. Dès lors, un bon nom doit être choisi (Abu Daoud). Allah, le Haut Placé, préfère les noms Abdullah et Abdur Rahman (Muslim).

Certains noms ne doivent pas être donnés à l’enfant car cela peut influencer sa personnalité ou devenir un sujet de raillerie. Le Messager d’Allah (Sallallaho alaihi Wasallam) a toujours changé les noms qui étaient infamants (Tirmizi). Le nom d’une des filles de Sayyidna Umar était Asiyah (signifiant désobéissant), le Prophète (Sallallaho alaihi Wasallam) l’a changé en Jamilah (Tirmizi et Ibn Majah). Par ailleurs, le Noble Prophète (Sallallaho alaihi Wasallam) a changé des noms comme Aziz, Utlah (dureté, épaisseur), Satan, Hukm, Ghurab (corbeau), Habab (serpent, Satan) (Abu Daoud). Il a aussi changé les noms Harb (guerre) en Silm (paix), Muztaja’ (celui qui se couche) en Mumbais (celui qui est préparé, prêt), Banu az-Zania (le fruit de l’adultère) en Banu ar-Rushdah (bonnes personnes), Banu al-Maghwiyah (celui qui induit en erreur) en Banu ar-Rushdah.

l faut éviter de donner des prénoms qui signifient un mauvais présage ou un mauvais caractère. Le grand-père de Sayyidna Sa’id bin al Musayyab se présenta devant le Noble Prophète (Sallallaho alaihe Wasallam) qui lui demanda son nom, “Hizn” était la réponse (signifiant un sol dur). Il disait, “Ton nom est Sahl (facile). Il répondit, “Comment puis-je changer le nom donné par mon père?” dès lors que la dureté de caractère se trouve parmi nous (Bukhari). Sayyidna Yahya bin Sa’ id dit que Sayyidna Umar a demandé son nom à une personne, celle-ci a répondu, ” Jamrah” (charbon ardent). “Et le nom de votre père?” ‘Shihab (météore). “Avec qui êtes-vous relié? Cette personne a répondu, “Harqah” (brûlant). Sayyidna Umar lui demanda, “Où habitez-vous?” “Harrat un-Nar” (Chaleur de feu). “Où est-ce?” “Zat Lazza” (Flammes de feu). Sayyidna Umar  (Radhiallaho Anho) lui dit, “Va à la maison rapidement! Les gens de ta maison ont péri dans un incendie”. Cela s’est avéré véridique (Malik in Muwatta).

Le prénom musulman choisi pour l’enfant doit être différent de celui d’Allah; ainsi, cela ne doit pas être Ahad, Khaliq ou Razzaq. Cependant, il est possible de nommer l’enfant Abdul Ahad, Abdu Samad ou n’importe quel nom d’Allah dès lors qu’il est composé du préfixe Abdul.

Quand Sayyidna Hani vint à Médine avec son peuple, ils l’appelèrent Abu Hakm. Le Messager d’Allah (Sallallaho alaihi Wasallam) dit, “Seul Allah, le Haut Placé, est Hakm. Lui seul est Celui qui décide. Pourquoi te nomme-t-on Abu Hakm?” Il  répondit : “Si une dispute survient dans ma communauté, on me demande de décider pour eux. Et toutes les parties se réjouissent de ma décision”. Il dit (Sallallaho alaihi Wasallam) : “Ceci est louable. Nous devons régler les disputes de nos gens. Dis, est-ce que tu as un fils?” “J’ai trois fils, Sharih, Muslim et Abdullah.” “Qui est le plus âgé?” “Sharih est l’aîné.” Le Prophète lui dit alors : “Ton kuniyah (titre) est Abu Sharih (Abu Daoud).

Selon un hadith, le Jour de la Résurrection, la pire des personnes aux yeux d’Allah – et qui est passible d’un châtiment– sera celle que les gens appelleront Shahinshah (roi). Seul Allah, le Majestueux, est Shahinshah (signifiant Roi des monarques), et le royaume n’appartient qu’à Lui seul (Muslim).

Nous ne devons pas donner à nos enfants des noms qui indiquent la chance. Nous nous référons notamment aux noms Aflah (réussi), Nafe’ (rentable), Ribah (avantageux), Yasr (facile). Si dans un rassemblement quelqu’un appelle une personne par de tels noms et qu’elle n’est pas là, la réponse “pas ici ” pourrait impliquer que cette particularité manque dans le cadre des échanges de cette assemblée. Dans un hadith, il est rapporté qu’Allah, le Haut Placé, préfère le plus quatre expressions subhanAllah, wa alhamdulillah, wa laila ha il Allah et Allahu akbar.

Ne donnez pas à vos fils les noms de Yasr, Nafe ou Aflah. Vous seriez amenés à les appeler et s’ils ne sont pas là, la personne qui répondra, dira « pas ici ». Concernant ces noms, ne vous référez pas à moi après les avoir donnés (Abu Daoud, Tirmizi).

En donnant un prénomm musulman à leurs enfants, les parents doivent s’assurer que les noms choisis signifient servitude à Allah seul et non à une fausse divinité. De même qu’ils ne devront pas l’associer au nom « Nabi ». Parmi les noms interdits, on peut citer Abdul Uzza, Abdul Ka’bah, et Abdul Nabi. Pareillement, les parents ne doivent pas donner à leurs enfants des noms suggestifs ou provocants tels que : Hiyam, Beef’a, Nihau, Sosan, Miyadah, Gadah, Ahlam. Ils signifient « amour violent », « taille fine », « à la poitrine plantureuse », « fleur odorante », « déhanchement », « une femme douce et délicate », « rêve ». L’Islam envisage les Musulmans comme des individus aux attributs remarquables. Quand les parents choisissent des noms romantiques et vulgaires, ils risquent d’entacher le caractère de leur enfant.

Le Messager d’Allah (Sallallaho alaihi Wasallam) a encouragé ses disciples (Oummah) à appeler leurs enfants avec des noms significatifs. Il a suggéré des noms de Noble Prophètes, (Sallallaho alaihi Wasallam) Abdullah ou Abdu Rahman. Ceci, parce qu’ils pourront rester les meilleurs de la Oummah et remplir diligemment leur devoir en guidant l’humanité vers l’Islam et la vérité. Tels sont les termes du hadith: « Gardez les noms des Nobles Prophètes, Allah le Majestueux, aime le plus les noms Abdullah et Abdu Rahman. Les noms les plus honnêtes sont Harith et Humam. Les noms les moins appréciés sont Harb et Murrah (respectivement guerre et amère).

Il est sunna d’utiliser un kuniya (titre honorifique) pour l’enfant

L’utilisation du kuniya (titre honorifique) pour l’enfant crée en lui le sentiment d’autonomie et de noblesse. Appelez-le Abu. Ainsi, il développera la confiance qu’il a en lui-même et dans la société. Quand la désignation est charmante et appropriée, il se sent heureux de ce fait. Cela lui enseigne aussi comment il peut s’adresser à ses aînés et à ceux moins âgés que lui. C’était l’habitude du Noble Prophète (Sallallaho alaihi Wasallam) de donner un kuniya pour les enfants. Il a appelé le frère de Sayyidna Anas (Radhiallaho Anho) Abu Umair quand il a perdu son oiseau; le Noble Prophète (Sallallaho alaihi Wasallam) lui a demandé, “Qu’est-il arrivé à Abu Umair Nugair ?»  (Bukhari et Muslim). Le kuniya ne se réfère pas nécessairement à l’un de nos enfants; cela peut renvoyer à n’importe qui. Par exemple, Sayyidna Abu Bakr (Radhiallaho Anho) n’avait aucun fils au nom de Bakr mais il était nommé Abu Bakr. Le kuniya de Sayyidna Umar (Radhiallaho Anho) était Abu Hafs. Le kuniya donné à Sayyidah Aishah (Radhiallaho Anha) était Um Abdullah. Sayyidna Anas (Radhiallaho Anho) avait comme kuniyah Abu Hamzah, et Sayyidna Khalid bin Walid avait Abu Sulaiman. Un Kuniya peut être donné à tous, aussi bien aux jeunes qu’aux moins jeunes.

Quelques considérations pour le choix du prénom musulman de l’enfant.

Si le père et la mère ne tombent pas d’accord sur un prénom musulman, c’est le privilège du père de nommer l’enfant. L’enfant est appelé  du nom de son père. C’est l’ordre donné dans le Noble Coran (al-Ahzab, 33:5 ). Le Noble Prophète (Sallallaho alahi Wasallam) avait nommé son fils Ibrahim (Muslim).

Il n’est pas permis de donner à l’enfant un prénom dédaigneux ou détesté. Ce n’est pas convenable de choisir de tels noms qui semblent se référer à la faiblesse de l’enfant, dans la mesure où son corps et son apparence sont rappelés, tels que Thagnay, Bhingay, Gungay, Kabray, Kuloo. Le Noble Coran a rejeté l’usage de noms avec une intention de taquiner (alHujurat, 49:11), de peur que les enfants ne développent de mauvaises habitudes.

Quant au nom Abul Qasim, les érudits Islamiques (Ulamas) s’accordent à dire que le nom du Noble Prophète (Sallallaho alaihi Wasallam) peut être choisi pour l’enfant. Un individu a nommé son fils Muhammad. Les gens ont élevé des objections contre cela. Il est allé chez le Prophète (Sallallaho alaihi Wasallam)  et a raconté sa situation fâcheuse. Le Noble Prophète a affirmé, “Donne mon nom à tes enfants. Cependant, n’utilisez pas mon kuniya car je suis le seul qui partage. Je me divise parmi vous (Muslim).

 Comment peut être utilisé le kuniya (titre) du Noble Prophète Abul-Qasim?

Il y a plusieurs avis concernant cela. Quelques Ulamas avaient complètement rejeté son usage (Bukhari et Muslim). D’autres avaient conclu qu’il était correct de l’utiliser comme cela apparaît dans certaines traditions. Encore que certains avaient supposé qu’il est inadmissible d’utiliser à la fois le nom et la désignation pour le même enfant (Abu Daoud). D’autres se sont contentés de dire que l’inadmissibilité était du vivant du Noble Prophète, mais que maintenant qu’il est mort, il est permis d’utiliser aussi bien le nom que le kuniya (Abu Daoud). Cette dernière conclusion prend le dessus.


3 janvier 2015
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 + 8 =